Le Matin Haiti

Le Matin Haiti

Actualités

Le Nouvelliste | Guerre des gangs : 11 mois à Martissant, 11 jours en Plaine du Cul-de-Sac


Des commerçants de Carrefour et du grand Sud pactisent avec les groupés armés pour avoir le droit de passage, la population emprunte des voies alternatives pour faire le va-et-vient entre la capitale et les quatre autres départements, les gangs armés assurent la circulation et rançonnent les rares usagers de la route… 11 mois après, la guerre des gangs à Martissant s’enracine et devient presque normale. Tout le monde ou presque s’y adapte. Les autorités pour se rendre dans les villes du grand Sud utilisent soit la voie aérienne ou les routes de Tara’s et de Saint-Jude. Cependant, ce conflit continue de faire des victimes au sein de la population civile.


Depuis le 24 avril dernier, le conflit armé entre les gangs ‘’Chen mechan’’ et ‘’ 400 Mawozo’’ à la plaine du Cul-de-Sac vole la vedette à celui de Martissant. Toutefois, dans les deux cas, il est impossible de faire une estimation objective du nombre de personnes tuées. Les déplacés se comptent par milliers et des dizaines de maisons incendiées.


Onze mois depuis que Martissant est à feu et à sang, 11 jours depuis que la plaine du Cul-de-Sac est à feu et à sang, le gouvernement reste égal à lui-même. C’est le grand silence chez le Premier ministre et les membres de son cabinet ministériel. Ils regardent ailleurs alors que des gens meurent. Ils regardent ailleurs alors qu’un massacre est en cours.


L’Office de la protection du citoyen (OPC) dit noter depuis le dimanche 24 avril 2022 que la commune de Croix-des-Bouquets est le théâtre d’affrontements armés entre gangs rivaux pour le contrôle de territoire, particulièrement les quartiers de Bon Repos, Shadda, Damien, Santo et Butte Boyer. La situation s’est aggravée avec l’implication, le lundi 2 mai 2022, des bandes de la commune de Cité Soleil, a souligné l’OPC.



«… Les premières informations ont fait état de dizaines de morts et de blessés au sein de la population civile, de nombreuses maisons incendiées, des centaines de familles déplacées et plusieurs milliers de personnes prises en otage depuis plus de huit jours. La situation est intenable », a écrit Me Renan Hédouville, protecteur du citoyen.

Il souligne qu’à cause de ces affrontements la circulation est interrompue sur les routes nationales numéro 1 et numéro 3, bloquant ainsi la communication entre les départements de l’Ouest, de l’Artibonite, du Nord, du Nord-Est, du Nord-Ouest et du Centre alors que depuis le 1er juin 2021, Port-au-Prince est pratiquement coupée des autres départements du grand Sud.


« Tout se passe sous les yeux et le grand silence des autorités et institutions chargées d’assurer la sécurité des vies et des biens, malgré les appels au secours des habitants des zones en conflit. La population est livrée à elle-même. Depuis plus de huit jours, pas un message ni aucune action tant du gouvernement que du Conseil supérieur de la police nationale (CSPN). Des gestes qui prouvent l’incapacité des autorités à réagir, laissant ainsi aux gangs armés droit de vie et de mort sur les citoyens », a dénoncé Me Renan Hédouville.

Le protecteur du citoyen a fait remarquer que c’est la même situation depuis le 1er juin 2021 dans le quartier de Martissant. Les contacts entre Port-au-Prince et les départements du Sud, du Sud-Est, des Nippes et de la Grand’ Anse sont coupés depuis onze mois.


« L’Office de la Protection du citoyen rappelle qu’il est de la responsabilité de l’État d’assurer la sécurité de la population, de protéger les vies et les biens. L’Office de la Protection du citoyen exhorte ce qui reste de l’État à prendre des dispositions urgentes pour ramener l’ordre et la paix dans les communes de Croix-des-Bouquets, de Cité Soleil et dans les quartiers de Martissant afin de permettre à tous les habitants de vaquer librement et sans inquiétude aucune à leurs activités », a recommandé l’OPC.


Le Premier ministre Ariel Henry, qui n’a encore  aucune déclaration sur la guerre des gangs à la plaine du Cul-de-Sac, a écrit, le mardi 3 mai, sur son compte Twitter : « Mon gouvernement s’engage à combattre la corruption sous toutes ses formes, en adoptant des mesures adéquates, tout en renforçant le cadre légal des institutions de contrôle et les capacités de la #PNH, dans le cadre de la lutte contre l’insécurité. »




Source link