Le Matin Haiti

Le Matin Haiti

Actualités

Le Nouvelliste | La Politique nationale de l’accréditation des écoles privées validée


Participant aux débats sur la Politique nationale de l’accréditation des écoles privées, le titulaire du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle, Nesmy Manigat, a tenu à souligner que le ministère n’a nullement l’intention de faire la chasse aux sorcières. La mesure, précise-t-il, s’appliquera non seulement au secteur public, mais aussi au secteur privé afin de mieux gouverner le secteur éducatif.


Cette politique nationale, dans la perspective haïtienne, redéfinit l’école privée ; elle en établit la catégorisation, les niveaux d’enseignement et le processus d’accréditation proprement dit qui se déroule en trois étapes : l’autorisation d’ouverture, l’octroi du permis de fonctionner et l’octroi du certificat d’accréditation.


S’attachant à ces 12 mesures, le ministre Nesmy Manigat annonce, de façon officielle, la mise en application de la mesure #1 sur le registre national des enseignants,  la mesure #2 sur le registre national des établissements privés et la mesure #8 sur le fonctionnement des écoles privées dans le système éducatif.                


 La mesure # 8 porte sur l’ouverture d’une école privée en conformité avec le décret du 11 septembre 1974. Aucun nouvel établissement d’enseignement n’est autorisé à ouvrir ses portes sans autorisation préalable du MENFP. Cette disposition est d’application stricte et immédiate.


Le numéro un du MENFP, qui se dit conscient de l’obligation de l’Etat de gouverner par l’exemple, promet que la même démarche de régulation sera reprise dans le cas des écoles publiques qui sont soumises, elles aussi, et tout d’abord, aux obligations de résultats tout en évoluant vers une certaine autonomie.


À entendre Nesmy Manigat, la mesure #8 des 12 mesures consiste à empêcher n’importe qui d’exposer les cerveaux de nos apprenants dans un espace inapproprié. Toutes écoles privées qui ne se courbent pas aux critères définis seront sanctionnées par la perte de l’accréditation, signale au passage le ministre Manigat.


Une personne, un groupe de personnes ou une personne morale voulant opérer dans le secteur non-public de l’éducation se verront obligés de respecter un ensemble de critères relatifs notamment à la qualité de l’offre scolaire, au respect des curricula, à la convenance des supports didactiques et pédagogiques, et à l’environnement immédiat de l’établissement scolaire.


Le titulaire du MENFP en a profité pour appeler, par ailleurs, à l’implication des parents qui représentent, à ses yeux, les premiers inspecteurs du système, afin de mettre le ministère au parfum de ce qui se passe dans les écoles.




Source link